Résultats


AMN045

2011 - 2015

Formulation et livraison des oligodésoxynucléotides immunostimulatoires contenant des motifs de CpG (CpG-ODN) avec nanotubes de carbone dans la lutte contre les maladies aviaires.

Principal Investigator: Susantha Gomis, Université de la Saskatchewan
Situation: Complété

Objectif

Protéger la volaille commerciale contre les maladies bactériennes en stimulant le système immunitaire aviaire avec les molécules d'ADN bactérien.

Renseignements généraux

Plusieurs outils peuvent être utilisés pour prévenir les maladies dans les productions avicoles commerciales, entre autres les pratiques de gestion et de biosécurité à la ferme, la sélection génétique, la vaccination et les médicaments antimicrobiens. Cependant, ces méthodes ont des limites. À titre d'exemple, la biosécurité ne peut éviter tous les pathogènes et les vaccins n'offrent pas une protection immédiate qui peut être nécessaire en cas d'éclosion d'une maladie. De plus, l'utilisation des antimicrobiens et les niveaux de résistance chez les bactéries font l'objet d'un examen minutieux. Le docteur Susantha Gomis de l'Université de la Saskatchewan mène des recherches sur ces préoccupations en utilisant une approche différente à la prévention des maladies aviaires. Lui et son équipe mènent des recherches sur des façons de renforcer les réactions immunitaires chez la volaille. Le système immunitaire aviaire peut déceler des séquences spécifiques d'ADN contenues dans les gènes bactériens. Les génomes bactériens contiennent des séquences particulières d'ADN appelées motifs CpG et le système immunitaire aviaire peut les détecter et faire la distinction entre les molécules d'ADN bactérien et les autres. Le docteur Gomis et son équipe ont étudié en détail cet aspect du système immunitaire aviaire et ont démontré que la production de molécules synthétiques qui imitent les séquences d'ADN bactérien permet d'atteindre une réaction immunitaire améliorée. Ces résultats pourraient accroître considérablement l'efficacité des vaccins et aider à assurer une protection à long terme contre plusieurs maladies aviaires

Résultats

Lorsqu'elles sont injectées dans l'œuf durant l'incubation, les molécules peuvent protéger les poussins contre des infections, dont celles par  E. coli ou Salmonella. Cependant, l'immunité constatée durant les essais est de brève durée. L'équipe de recherche se penche sur d'autres mèthodes commercialement applicables d'administration des molécules synthétiques afin qu'elles survivent plus longtemps avant leur dégradation. En ayant des molécules plus viables, le système immunitaire du poulet aura plus de temps pour produire une réaction de plus longue durée aux pathogènes envahissants.

Application

Il est possible d'en arriver à une prévention efficace de la maladie en utilisant la composition naturelle de l'ADN bactérien et l'immunité aviaire innée. L'administration au couvoir de molécules synthétiques d'ADN avec les injections du 18e jour permettrait de protéger les poussins contre les infections bactériennes, d'améliorer l'efficacité des vaccins et réduire l'utilisation d'antimicrobiens et la résistance bactérienne. L'utilisation de cette technologie contre des virus et d'autres pathogènes pourrait améliorer considérablement la santé de la volaille commerciale.

Financement

269 058 $ (61 860 $ CRAC, 132 198 $ CRSNG-RDC, 75 000 $ SCIDF)

Publications

Students find alternatives to antibiotics for chickens Par Federica Giannelli

Retour