Résultats


AMN048

2011 - 2014

Stimulation du système immunitaire inné pour le contrôle des infections respiratoires virales de la volaille

Principal Investigator: Faizal Abdul-Careem, Université de Calgary
Co-chercheurs: Shayan Sarif, Éva Nagy, Davor Ojkic, Université de Guelph, Firoz Mian, Université McMaster
Situation: Complété

Objectif

Des composantes structurales de microbes qui se lient aux cellules immunitaires aviaires sont utilisées pour stimuler l'immunité dans le système respiratoire du poulet. La fonction immunitaire améliorée est mise à l'épreuve en infectant des poulets avec divers virus respiratoires. Les mécanismes de protection induits par ces composantes microbiennes sont identifiés tout comme les effets indésirables sur le système immunitaire du poulet

Renseignements généraux

La prévention des maladies dans l'industrie aviaire est essentielle au maintien de la santé des troupeaux, au bien-être de la volaille et à la salubrité des aliments. Plusieurs méthodes de prévention sont disponibles, dont la biosécurité, la vaccination et les antimicrobiens. Ces méthodes ne sont pas totalement efficaces et n'agissent pas toujours immédiatement. De plus, pour ce qui est des antimicrobiens, on se pose des questions sur leur utilisation et la résistance que peuvent créer les bactéries.  Un système immunitaire aviaire hautement évolué peut offrir des méthodes alternatives de prévention des maladies. Les réactions immunitaires de la volaille sont « adaptatives » et « innées ». L'immunité innée peut reconnaître des pathogènes et éliminer l'infection avant qu'une réaction spécifique (adaptative) de l'antigène puisse de développer. Le système immunitaire aviaire reconnaît rapidement les caractéristiques particulières des pathogènes envahissants et réagit immédiatement. Le docteur Faizal Careem et son équipe de chercheurs à l'Université de Calgary effectuent des recherches pour déterminer les composés dérivés de pathogènes capables de stimuler les réactions immunitaires chez le poulet en les injectant dans les œufs au 18e jour d'incubation. Les réactions immunitaires pourraient protéger des poulets contre les virus respiratoires, dont le virus de la bronchite infectieuse, de la laryngotrachéite infectieuse et de l'influenza aviaire. Le projet porte également sur l'identification du mécanisme de protection contre ces virus ainsi que sur les effets indésirables sur les fonctions immunitaires.

Résultats

À ce jour, les réactions antivirales de deux composantes microbiennes (lipopolysaccharide et acide lipotéichoïque) contre la laryngotrachéite infectieuse ainsi que leurs mécanismes de protection ont été évalués. L'équipe cherche à déterminer si la protection contre la laryngotrachéite infectieuse peut s'étendre à d'autres virus respiratoires. Ces composantes microbiennes seront évaluées plus avant afin de cerner tout effet indésirable sur la fonction immunitaire du poulet.

Application

L'utilisation de composantes moléculaires de microbes pour stimuler les réactions immunitaires chez le poulet peut aider à prévenir efficacement les maladies aviaires. L'exposition in ovo à ces composantes pourrait protéger les poussins contre les infections virales après l'éclosion et amèliorer l'immunité à long terme de la volaille commerciale. Les résultats pourraient servir aux contrôles des maladies bactériennes et ainsi diminuer l'utilisation d'antimicrobiens et la création de pathogènes résistants.

Financement

436 005 $ (60 000 $ CRAC, 119 700 $ ALMA, 200 000 $ Université de Calgary, 56 305 $ CRSNG-OIR)

Publications

Haddadi, S., Kim, D.S., Hui, J., van der Meer, F., Czub, M., Abdul-Careem, M.F. 2013. Induction of Toll-like receptor 4 signaling in avian macrophages inhibits infectious laryngotracheitis virus replication in a nitric oxide dependent way. Veterinary Immunology and Immunopathology, 155: 270-275.  

Retour