Résultats


***ENV120

2018 - 2023

Évaluation de stratégies de contrôle en vue de la réduction des émissions de matières particulaires, d’ammoniac et de gaz à effet de serre par les exploitations avicoles

Principal Investigator: Bill Van Heyst, Université de Guelph
Situation: En cours

Objectif

L’objectif général de ce projet consiste à aider le secteur avicole canadien à améliorer sa durabilité environnementale. Plus précisément, les chercheurs comptent :
  1. déterminer des émissions de référence et des stratégies d’atténuation des matières particulaires (MP) selon leur taille, de l’ammoniac (NH3) et des gaz à effet de serre (méthane [CH4] et oxyde d’azote [N2O]) émis par différentes entreprises de logement avicoles;
  2. déterminer les émissions aériennes et des stratégies d’atténuation de l’ammoniac (NH3) et des gaz à effet de serre émis par les entreposages de litière solide et de fumier;
  3. obtenir une compréhension accrue des cycles du carbone (CO2 et CH4) et de l’azote (NH3 et N2O) en ce qui concerne les exploitations avicoles intensives;
  4. élaborer des pratiques de production avicole durables sur le plan environnemental;
  5. évaluer des réaménagements aux structures de logement visant à réduire les émissions de polluants aériens et les dépenses énergétiques.

Renseignements généraux

Les émissions aériennes et la durabilité environnementale du secteur du bétail dans son ensemble font l’objet de plus d’attention en Europe qu’en Amérique du Nord, principalement en raison de la prolifération urbaine et d’engagements environnementaux plus fermes des gouvernements envers la réduction des émissions de GES et de NH3. Depuis peu, on porte attention aux émissions de polluants aériens provenant de l’entreposage de fumier et de litière de volaille dans une optique d’atténuation de GES. Deux études récentes ont porté sur l’effet du compostage de la litière de poulets à griller avec du biocharbon, mais leurs résultats ne sont pas constants. En effet, Agyarko-Mintah et coll. (2017) ont démontré que le compostage de la litière de volaille en présence de biocharbon pouvait réduire les émissions de N2O et de CH4, alors que Sanchez-Garcia et coll. (2015) n’ont trouvé aucune incidence sur les émissions de gaz à effet de serre résultant du compostage du fumier de volaille avec de la paille contenant 3 % de biocharbon ajouté. Sanchez-Garcia mentionne également une accélération de la décomposition des matières organiques. Aucune des études n’a porté sur les effets du biocharbon sur les émissions de NH3.

Financement

726 110 $ (AAC/CRAC 575 810 $*, MAAARO-PHQ 33 000 $, POC 20 000 $, MAARO 97 300 $)

*Ce projet fait partie de la Grappe de la science avicole de 2018-2023 qui a reçu l’appui d’AAC dans le cadre de Partenariat Canadien pour l’Agriculture, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.


Retour