Financement


Bourses d’études


 Programme de bourse du CRAC

Le CRAC promeut la relève dans la communauté de la recherche avicole grâce à son programme de bourse, dont le but est d’amener des étudiants à envisager une carrière dans la science avicole.

Les objectifs spécifiques du programme sont :

  • encourager les étudiants diplômés à mener des recherches dans un domaine des sciences avicoles et les appuyer en ce sens;
  • renforcer la capacité intellectuelle du Canada en matière de sciences avicoles;
  • promouvoir les recherches supérieures en sciences avicoles dans les universités canadiennes.

Le CRAC offre un « supplément aux bourses d’études supérieures » annuel, de 5 000 $. Pour être admissible, l’étudiant doit étudier (prévoir étudier) un volet de la science avicole et être boursier du CRSNG pour l’obtention d’une maîtrise ou d’un doctorat. Vous trouverez des détails sur le programme ainsi que sur les critères d’admissibilité et les modalités de demande sur le site du CRSNG.

Afin d’attirer un plus grand nombre d’étudiants, le CRAC accepte maintenant les demandes de non-boursiers du CRSNG. Les demandes de pour la bourse d’études supérieures, dont le montant annuel est également de 5 000 $, seront évaluées selon les mêmes critères du supplément, mais les demandeurs ne seront pas tenus d’être boursiers du CRSNG.

Veuillez présenter les documents suivants pour poser votre candidature :

  • un formulaire de demande de bourse d’études supérieures;
  • un relevé de notes à jour (il peut être envoyé par courriel plus tard s’il y a lieu)
  • un résumé de deux pages (police de 12 points) décrivant vos buts de carrières ainsi que vous activités scolaires et parascolaires qui appuient vos intérêts dans la recherche avicole;
  • une déclaration d’appui de la part de votre superviseur de recherche décrivant les raisons pour lesquelles vous être particulièrement admissible à la bourse
  • résumé de la recherche proposée
  • contributions et déclarations

Une seule bourse et un seul supplément seront accordés chaque année.

Nous n’acceptons plus les candidatures pour l’attribution de bourses d’études 2016.

Où en sont-ils? Récemment, le CRAC a pris des nouvelles de ses anciens boursiers pour savoir où ils en étaient.

2016 Cette année, la bourse d’études supérieures a été octroyée à Charlene Hanlon. Elle est actuellement étudiante à la maîtrise sous la supervision de Grégory Bédécarrats, Ph.D., à l’Université de Guelph (département de bioscience animale) et passera directement à un programme de doctorat en septembre 2016. Depuis ses études de premier cycle, elle est plongée dans la science avicole et s’intéresse tout particulièrement à l’industrie. En plus de son propre projet, elle participe activement à une panoplie d’essais en cours dans le laboratoire de M. Bédécarrats, dont divers essais portant sur les spectres d’éclairage visant à valider l’utilisation à des fins commerciales d’une nouvelle ampoule DEL par l’industrie. Par ailleurs, puisqu’elle travaille à temps partiel à la station de recherche avicole de l’Université de Guelph et du MAAARO, elle est bien au fait des différents volets de la recherche avicole.  Dernièrement, en rédigeant sa revue de littérature, elle a co-rédigé avec M. Bédécarrats le chapitre d’un livre sur l’éclairage pratique pour les pondeuses (accepté pour publication). Outre la recherche, Mme Hanlon est engagée dans plusieurs activités et comités au département de bioscience animale.

Son projet visera à déterminer les bases moléculaire et endocrinologique qui sous-tendent l’augmentation constante de la persistance en ponte des souches commerciales. Plus concrètement, en comparant des lignées sélectionnées et des lignées non sélectionnées pour la production d’œufs, Mme Hanlon étudiera et comparera l’effet de l’axe hypothalamus-pituitaire-gonades (HPG) sur la production d’œufs, ainsi que les hormones associées. Lors de son projet de recherche de premier cycle, elle a réussi à cibler un deuxième pic d’œstradiol qui survient vers la fin du cycle de ponte, au moment où la production devrait normalement décroître. L’un des grands objectifs sera donc de trouver les raisons de ce deuxième pic d’œstradiol. Puisque l’on soupçonne que cet événement proviennent de l’ovaire, elle travaillera aussi à comprendre l’organisation et la dynamique de la hiérarchie folliculaire ovarienne afin de comprendre cette augmentation majeure du nombre cumulatif d’œufs observée ces dernières décennies.

2015 La bourse du CRAC de 2015 a été octroyée à Sasha van der Klein, une doctorante sous la supervision de M. Martin Zuidhof, Ph. D., de l’Université de l’Alberta. Mme van der Klein a obtenu sa maîtrise à l’Université de Wageningen en 2015 dans le domaine de l’immunologie, de la génétique et de la nutrition. Elle a obtenu en 2013 une bourse aux Pays-Bas pour l’éducation en nutrition animale et, la même année, elle faisait partie de trois étudiants mis en nomination pour le prix Tjeerd de Jong remis aux étudiants en science animale ayant fait preuve d’excellence qui visent une carrière en recherche. En 2014, elle a obtenu une bourse Erasmus+ afin de mener sa recherche pour sas thèse de maîtrise au Poultry Research Centre of Nutreco en Espagne. Elle a publié un travail et en a co-rédigé un autre s’inspirant de sa thèse sur la génétique qui portait sur la relation entre les caractéristiques de production et l’immunologie chez la pondeuse. Après avoir reçu son diplôme, elle a travaillé pendant plusieurs mois en tant qu’adjointe à la recherche avicole au sein de l’équipe de recherche du centre R et D de Cargill à Velddriel. Elle a ensuite décidé d’obtenir un doctorat à l’Université de l’Alberta sous la supervision de M. Zuidhof avant d’amorcer sa carrière en recherche.
Sa recherche portera sur des stratégies de gestion du poulet reproducteur de type à griller. Elle cherchera à comprendre les effets à long terme des stratégies d’élevage sur la production et les effets sur le rendement de la descendance. Elle se concentrera sur la gestion de l’éclairage et du poids. Elle mènera également une recherche sur les mécanismes des effets transgénérationnels de la nutrition. Dans ses études, elle utilisera le système d’alimentation perfectionné des reproducteurs de poulets à griller mis au point par M. Zuidhof qui peut contrôler la prise alimentaire individuelle au moyen de mesures du poids en temps réel pour prendre des décisions sur la quantité d’alimentation à distribuer.

2014 Le boursier de 2014 est Alexander Bekele Yitbarek, un doctorant sous la supervision du Shayan Sharif, Ph. D. à l’Université de Guelph. Il a obtenu sa maîtrise ès science à l’Université du Manitoba en 2009 et il a ensuite été technicien en recherche pour le Dr Juan Carlos Rodriguez-Lecompte jusqu’en 2013. Il a ensuite été associé en recherche chez Nutreco Canada avant d’entreprendre ses études de doctorat.

Sa recherche portera sur l’immunologie de la volaille et approfondira les connaissances sur le rôle de différents récepteurs Toll et des cytokines dans la modulation du système immunitaire du poulet. Sa recherche se penchera surtout sur une compréhension du rôle des ligans des récepteurs TLR dans le contrôle du virus de l’influenza aviare. Il mènera également une recherche sur les effets des probiotiques en tant que modulateurs nutritionnels afin de trouver un substitut aux stimulateurs de croissance antimicrobiens dans l’alimentation de la volaille.

2013 La boursière de 2013 est Kayla Price, une doctorante qui étudie sous la direction de John Barta, Ph. D. à l’Université de Guelph. Ses études portent sur Eimeria, l’organisme qui cause la coccidiose chez la volaille et examinent des moyens pratiques pour en améliorer le contrôle chez la poulette commerciale élevée sur le sol grillagé. Ses recherches ont démontré l’efficacité d’une stratégie d’auto-immunisation qui hausse le rendement de vaccins coccidiens atténués et peut réduire l’utilisation d’anticoccidiens qui soulèvent des préoccupations concernant la résistance et les résidus. Mme Price a élargi son programme de recherche original afin de mieux connaître la dynamique des populations coccidiennes chez la volaille et à la ferme et optimiser les doses de vaccins atténués.

Mme Price a une brillante carrière universitaire. Elle a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques avec comité de lecture et présenté les résultats de ses recherches lors de réunions scientifiques et industrielles au Canada et à l’étranger. Elle a reçu plusieurs prix pour son rendement scolaire exceptionnel. Elle participe également à plusieurs activités au sein et à l’extérieur de la collectivité universitaire sont le but est de transférer le savoir aux utilisateurs potentiels les résultats de la recherche, d’attirer d’autres scientifiques dans le secteur de la recherche avicole et de promouvoir l’industrie avicole.

Mme Price a déjà fait d’importantes contributions à son programme de recherche et elle a le potentiel nécessaire pour devenir une scientifique de très haut calibre, c’est-à-dire une scientifique dont nous avons besoin pour assurer le succès de notre industrie.

2012 Le boursier de 2012 est Aman Deep. Aman est originaire de l’Inde où il a excellé dans ses études universitaires de premier cycle terminant deuxième de classe. Il a amorcé sa maîtrise en 2008 à l’Université de la Saskatchewan sous la direction de Hank Classen, Ph.D. Sa maîtrise a porté sur l’incidence et l’intensité de la lumiàre sur la productivité et le bien-être des poulets à griller. Les résultats de ses recherches ont été publiés dans diverses revues scientifiques évaluées par les pairs et communiqués à la grandeur de l’industrie.

En 2011, il a amorcé ses études de doctorat, encore sous la direction de M. Classen. Elles portaient sur des stratégies visant à réduire la faim chronique chez les poulets à griller rationnés en nourriture spécifiquement par l’ajout d’ingrédients à digestion lente dans les rations. On a démontré que ces ingrédients améliorent le rassasiement chez d’autres espèces. Aman étudie les réactions physiologiques et comportementales aux régimes alimentaires contenant des pois. Ses recherches ont également rév&ealé des effets importants sur l’alimentation des poulets à griller avec ces régimes modifiés.

Aman a obtenu un diplôme en médecine vétérinaire en Inde durant ses études de second cycle et il a satisfait aux exigences pour la pratique de cette profession au Canada. Durant ses études, Aman a démontré sa solide éthique du travail, son dévouement pour l’enseignement et ses compétences en recherche. Sa formation en médecine vétérinaire et sa formation, ses habiletés et son expérience scientifiques font de lui un atout inestimable pour l’industrie avicole du Canada.

2011 Aprés l’examen de plusieurs demandes de premier ordre, le Conseil d’administration du CRAC a arrêté son choix pour la bourse de 2011 sur Megan Rose de l’Université d’Ottawa. Notre boursiére a atteint un niveau élevé d’éducation et à reçu plusieurs prix. Elle est coauteure avec son surveillant de thèse de maîtrise d’un article spécialisé publié en 2009 sur les constituants protéiques de la coquille d’œuf et elle a animé plusieurs présentations, évaluées et non évaluées par des pairs, lors de conférences en Europe et au Canada. Elle est aide-éducatrice en laboratoire à l’université et participe à plusieurs activités bénévoles. Elle souhaite devenir une experte scientifique en recherche avicole.

Megan Rose a amorcé son programme de maîtrise en 2008 sous la supervision de Max Hincke, Ph. D., du département de médecine cellulaire et moléculaire. Elle a étudié les protéines de la coquille d’œuf et leur association à l’activité antimicrobienne. Selon ses travaux, les constituants de la cuticule de la coquille d’œuf offre d’importantes caractéristiques antimicrobiennes, ce qui peut avoir d’importantes retombées pour l’industrie, car la majeure partie de la cuticule est enlevée lors du lavage. Avant la fin de sa maîtrise, elle s’est inscrite directement aux études doctorales. Ses recherches portent maintenant sur l’exploitation possible de l’activité antimicrobienne des histones, les protéines autour desquelles l’ADN s’enroule durant la formation des chromosomes. Ses résultats préliminaires démontrent que les histones ont une puissante activité antimicrobienne. L’objectif de ses recherches est d’optimiser la purification des histones dans le sang et de tester leurs activités bactéricides. Si les tests confirment les résultats positifs et si suffisamment d’histones peuvent être récupérées, on pourra évaluer son efficacité en tant qu’aliment complémentaire antimicrobien. Si les résultats sont positifs, la recherche peut mener à la mise au point de produits à valeur ajoutée à partir du sang de poulet qui pourront être utilisés en remplacement des antibiotiques.

Megan Rose a déjà fait d’importants progrès dans ses recherches et elle a le potentiel nécessaire pour devenir une scientifique de haut calibre. Elle est le genre de scientifique dont la science avicole a besoin pour assurer l’avenir de notre industrie.

2010 Le supplément 2010 à la bourse d’études supérieures a été accordé à Kathleen Vail, de l’Université de l’Alberta. Mme Vail a entrepris son programme de maîtrise en septembre 2009 sous la supervision de Lynn McMullen (Ph. D.) du Département d’agronomie et de science alimentaire et nutritionnelle de l’Université de l’Alberta. Son projet de recherche porte sur les réactions physiologiques de Listeria monocytogenes sous les conditions environnementales (concentration en oxygéne, température, osmolarité, pH) que l’on retrouve couramment dans le cadre du processus de transformation des viandes. Les recherches mentionnées dans la documentation indiquent que la morphologie cellulaire de bon nombre de bactéries, incluant Listeria, prend une forme filamenteuse lorsque les conditions de croissance sont sous-optimales. Mme Vail formule l’hypothèse que L. monocytogenes survit aux conditions habituelles qui prévalent durant la transformation des viandes et que la bactérie peut persister sous sa forme filamenteuse sur les aliments réfrigérés. Certaines des méthodes d’analyse actuellement utilisées (comme la numération sur plaque) sont moins efficaces pour détecter la forme filamenteuse de la bactérie. Si l’hypothèse de Mme Veil se vérifie, c’est que les concentrations de L. monocytogenes viables présentes dans les aliments préparés sont alors sous-estimées. Ces résultats pourraient avoir des répercussions significatives pour l’industrie de l’alimentation, surtout dans le secteur des produits carnés « prêts à servir », dont la cuisson n’est pas effectuée par le consommateur final. Ainsi, les transformateurs devront peut-être devoir adapter leurs méthodes d’analyse microbiologique ou éviter de transformer la viande sous des conditions propices au développement de la forme filamenteuse de Listeria.

2009 Le supplément de bourse en 2009 a été attribué à Bushansingh (Shyam) Baurhoo de l’Université McGill. Il mène une investigation sur les effets des mannanoligosaccharides (MOS) et la lignine sur le rendement des poulets à griller, surtout en l’absence d’antimicrobiens alimentaires. Les MOS sont des sucres complexes dérivés de la levure qui ont des effets prébiotiques – ils peuvent favoriser la croissance de bactéries bénéfiques dans les intestins du poulet. La lignine est un coproduit de l’industrie du papier qui peut aussi avoir des effets bénéfiques. Ces travaux s’inscrivent directement dans la priorité du CRAC qui est de trouver des solutions de rechange aux antimicrobiens courants. Le projet de recherche de Shyam est très ambitieux. Il examinera les effets sur le métabolisme des éléments nutritifs, la régulation du gène, la fonction immunitaire et la dynamique de la microflore. Les travaux réalisés à ce jour suggèrent que les MOS et de faibles niveaux de lignine sont tous deux plus efficaces que le virginiamycine lorsqu’il s’agit de réduire la colonisation intestinale par la bactérie E. Coli et d’accroître la quantité de bactéries bénéfiques, dont le lactobacille et la bactérie bifidus. Les suppléments peuvent également aider à protéger le secteur avicole contre la salmonelle. Ces résultats peuvent être d’une grande importance pour l’industrie.

2008 Megan MacDonald a reçu le supplément de 2008 et est boursière du Programme de bourses d’études supérieures du Canada du CRSNG. Elle étudie sous la supervision de Mme Katherine Edens Magor les réactions immunitaires innées à l’infection grippale. Elle cherche spécifiquement à établir les raisons pour lesquelles les canards peuvent survivre tout en étant porteurs asymptomatiques de plusieurs souches d’influenza aviaire qui peuvent attaquer gravement le poulet. Les recherches menées antérieurement auraient dégagé entre les deux espéces des différences dans certains récepteurs qui reconnaissent le matériel génétique. Une fois stimulés, ces récepteurs participent à une cascade de réactions immunitaires. Les travaux de Mme MacDonald ont mené à la découverte du nouveau détecteur de grippe, le RIG-1, qui est présent chez le canard et non chez le poulet. Elle pose en hypothèse que cette différence explique pourquoi le canard, contrairement au poulet, a une résistance à plusieurs virus. Elle a déjà publié deux rapports et fait quatre présentations. Elle est également l’un des trois étudiants sélectionnés à l’échelle mondiale pour présenter un rapport lors d’une conférence sur l’immunologie en France en 2006.

2007 Holly Pizzey a reçu le supplément de 2007 du CARC. Elle travaille au laboratoire de M. Grégoy Bédécarrats à l’Université Guelph où elle étudie la prolactine, une hormone hypophysaire dont l’expression est associée non seulement au comportement d’incubation, mais également à plusieurs autres fonctions, entre autres, la stimulation du système immunitaire. Le but principal du projet de recherche est l’étude au niveau moléculaire des effets de la prolactine sur le développement et le fonctionnement du systéme immunitaire. De nombreux travaux préparatoires ont été menés dans le laboratoire de M. Bédécarrats et le projet accroîtra considérablement les connaissances actuelles sur le rôle de la prolactine dans les fonctions immunitaires. Ces nouvelles connaissances peuvent avoir une incidence importante sur les sélections qui sont habituellement choisies en fonction des comportements d’incubation et qui peuvent agir sur l’expression de prolactine.

Mohamed Faizal Abdul Careem, bénéficiaire du premier supplément à la bourse d’études supérieures, a présenté récemment les résultats de ses recherches de l’année précédente. Il a reçu le titre de Diplomat of the American College of Poultry Veterinarians (ACPV) et l’agrément de vétérinaire de la volaille autorisé du College of Veterinarians of Ontario (CVO). Il a publié cinq rapports, soumis deux manuscrits, fait un exposé et collaboré à deux présentations par affiches. Son rendement scolaire est exemplaire – il a reçu le prix Soren Rosendal Memorial Research et le Korean-Canadian Dr. F. Schofield Memorial Scholarship du Ontario Veterinary College et le Reed Ramsey Award de l’American Association of Avian Pathologists. En reconnaissance de ce rendement exceptionnel, le CRAC lui a envoyé la deuxième tranche de son supplément.

2006 On a reçu cette année trois demandes en vertu de ce programme. Après un examen minutieux, le CRAC est heureux d’annoncer que Mohamed Faizal Abdul Careem est le récipiendaire du supplément. Faizal est étudiant au doctorat à L’Université Guelph sous la supervision de Shayan Sharif et de Bruce Hunter. Sa recherche a pour but de déterminer le mécanisme de la réaction immunitaire à la suite de la vaccination embryonnaire contre la maladie de Marek et d’établir si le vaccin a des effets indésirables sur le développement du système immunitaire. Faizal est boursier du Programme de bourses d’études supérieures du Canada, la plus prestigieuse bourse offerte par le CRSNG.