Bourses d’études


Où en sont-ils?


En 2006, le Conseil de recherches avicoles du Canada (CRAC) lançait son programme annuel de bourses avicoles. Chaque année, les étudiants au troisième cycle qui étudient un aspect de la science avicole dans une université canadienne sont admissibles à la bourse. Chaque année, plusieurs demandes sont déposées, mais une seule bourse est octroyée. Récemment, le CRAC a pris des nouvelles de ses anciens boursiers pour savoir où ils en étaient.

2006: La première bourse du CRAC a été octroyée à Mohamed Faizal Abdul Careem en 2006. Le Dr Careem a obtenu son doctorat dans le domaine des interactions hôtes-virus en lien avec l’infection par le virus de la maladie de Marek chez le poulet au Collège de médecine vétérinaire de l’Ontario, Université de Guelph, en 2008, sous la supervision des Drs Shayan Sharif et Bruce Hunter.

Après obtention de son doctorat, il s’est vu octroyer une bourse de recherche des Instituts de recherche en santé du Canada pour pouvoir mener des recherches postdoctorales sur les réactions immunitaires innées générées contre les infections virales aux muqueuses au Center for Gene Therapeutics de l’Université McMaster, Hamilton. Après avoir terminé son postdoctorat de deux ans, il a été recruté comme professeur adjoint (virologie) dans un poste menant à la permanence dans la cinquième faculté de médecine vétérinaire au Canada (l’Université de Calgary). Il a mis sur pied son propre programme de recherche indépendant dans le domaine de l’immunité innée aux infections respiratoires virales de la volaille à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Calgary (UCVM), financé par le CRAC, l’Alberta Livestock and Meat Agency (ALMA), Saskatchewan Agriculture, le Margaret Gunn Endowment for Animal Health Research et le CRSNG (découverte, RDC et OIR).

Le Dr Careem est médecin agrégé de l’American College of Poultry Veterinarians (ACPV, obtenu en 2007 pendant qu’il effectuait son doctorat) et de l’American College of Veterinary Microbiologists (ACVM, obtenu en 2012). Il est aussi corédacteur de la Revue canadienne de recherche vétérinaire (RCRV), chef de rubrique du Journal of Veterinary Diagnostic Investigations et membre du comité consultatif d’Archives of Virology. Il poursuit actuellement sa carrière comme professeur adjoint permanent (virologie) à l’UCVM.

2007: En 2007, Holly Pizzey, qui étudiait alors à l’Université de Guelph sous la supervision de Grégory Bédécarrats, Ph. D., recevait le supplément aux bourses d’études. Sa recherche portait sur l’étude des effets de la prolactine sur le développement et le fonctionnement du système immunitaire.

Après avoir décroché son diplôme, elle est allée étudier à Toronto pour obtenir un diplôme en pharmacie. Elle est actuellement gérante de pharmacie dans une pharmacie de Brantford.

2008: Megan MacDonald recevait la bourse de 2008 pendant qu’elle étudiait à l’Université de l’Alberta sous la supervision de Katherine Magor, Ph. D. Elle étudiait les réactions immunitaires innées à une infection au virus de l’influenza aviaire. Mme MacDonald a publié plusieurs articles dans le cadre de son travail dans le laboratoire de Mme Magor sous le nom de Megan Barber, née MacDonald. Elle a travaillé neuf mois dans le laboratoire de Robert Webster, Ph. D., pendant ses études, et c’est la bourse du CRAC qui lui a permis de le faire. Son travail a aussi été mentionné dans un numéro de MacLean’s http://www.macleans.ca/society/health/why-dont-ducks-ever-get-the-flu/.

Après avoir obtenu son diplôme, Mme MacDonald a fait une demande d’admission et a été acceptée en médecine à Calgary. Elle est actuellement résidente en médecine à Calgary.

2009: En 2009, c’est Bushansingh (Shyam) Baurhoo qui se voyait octroyer la bourse pendant qu’il étudiait au doctorat à l’Université McGill sous la supervision de Xin Zhao, Ph. D. Sa thèse de doctorat s’intitule « Reduction of Salmonella-induced enteric and systemic inflammation by mannan-oligosaccharide prebiotic through improvement of innate defense mechanisms » (réduction de l’inflammation systémique et intestinale induite par la Salmonelle par l’utilisation de mannanoligosaccharides pour améliorer les mécanismes de défense innés).

M. Baurhoo est actuellement professeur auxiliaire à l’Université McGill (Département des sciences animales) et directeur, Recherche et développement chez Bélisle Solution Nutrition inc. Il mène actuellement de front plusieurs projets (tant dans le milieu universitaire que dans l’industrie) auprès des animaux d’élevage (volaille, animaux laitiers et porcs) et est actuellement superviseur de recherche de trois étudiants diplômés à l’Université McGill. Ses intérêts de recherche portent sur la nutrition et ses effets sur la production, la reproduction, la santé et le bien-être des animaux d’élevage.

2010: Kathleen Vail, boursière de 2010, a étudié sous la direction de Lynn McMullen, Ph. D., à l’Université de l’Alberta. Elle examinait les réactions physiologiques de Listeria monocytogenes aux conditions environnementales (taux d’oxygène, température, osmolarité et pH) généralement présentes dans la transformation de la viande.

Ses études terminées, Mme Vail a été superviseure de production chez les Aliments McCain, puis coordonnatrice de la salubrité alimentaire chez les Aliments Maple Leaf. Depuis deux ans, elle œuvre comme spécialiste, AQ chez Champion Petfoods, à Morinville (Alberta).

2011: En 2011, la bourse du CRAC a été octroyée à Megan Rose-Martel. Elle a depuis publié plusieurs articles sur le mécanisme inné de défense antimicrobienne associé à la coquille d’œuf aviaire. En 2015, elle a décroché son doctorat et décidé de poursuivre en tant que boursière postdoctorale au laboratoire de Max Hincke, Ph. D., à l’Université d’Ottawa, où elle a étudié les propriétés antimicrobiennes des histones extraites des érythrocytes aviaires.

Mme Rose-Martel est actuellement agente de programme à la Direction des subventions du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), à Ottawa.

2012: Aman Deep recevait la bourse de 2012 pendant qu’il étudiait à l’Université de l’Alberta sous la supervision de Hank Classen, Ph. D. Sa thèse de doctorat portait sur des stratégies visant à réduire la faim chronique chez les poulets reproducteurs de type à griller dont l’alimentation est restreinte par l’ajout d’ingrédients à digestion lente dans les rations.

Une fois diplômé, M. Deep s’est vu offrir un poste à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) à Edmonton.

2013: Kayla Price a reçu la bourse de 2013 pendant ses études au doctorat à l’Université de Guelph sous la direction de John Barta, Ph. D. à l’Université de Guelph. Ses études portaient sur Eimeria, l’organisme qui cause la coccidiose chez la volaille et examinaient des moyens pratiques pour en améliorer le contrôle chez la poulette commerciale élevée sur le sol grillagé.

Peu après avoir obtenu son diplôme, Mme Price s’est vu offrir un emploi chez Alltech comme gestionnaire technique de la volaille canadienne. Son travail l’amène à interagir avec des chercheurs au sein de l’entreprise et à agir comme intermédiaire avec les universités, ainsi qu’à offrir un service technique. Elle continue de publier des mémoires de recherche tout en travaillant chez Alltech.

2014: Alexander Bekele Yitbarek, récipiendaire de la bourse de 2014, est en train de faire son doctorat à l’Université de Guelph sous la direction du Dr Shayan Sharif. Il étudie l’immunologie aviaire et souhaite acquérir une compréhension accrue du rôle des différents récepteurs Toll et cytokines dans la modulation du système immunitaire des poulets. Il a publié plusieurs manuscrits, et d’autres sont en préparation. M. Yitbarek a réalisé deux expériences : 1) infection de grippe aviaire et les microbiotes de base de l’intestin des poulets; 2) Décimation des microbiotes de l’intestin des poulets au moyen d’un cocktail d’antibiotiques afin d’étudier le rôle des microbiotes commensaux dans l’initiation d’une réaction immunitaire des poulets. Il est actuellement à analyser les données et à rédiger le rapport de ces expériences.

En plus de ses études au doctorat, M. Yitbarek est en train de faire un stage. En effet, il s’est vu offrir le stage AvantageTALENT et Alltech Inc pour la période du 1er janvier au 31 août 2016.

2015: Sasha van der Klein a reçu la bourse de 2015. Elle étudie les effets à long terme des stratégies d’élevage sur la production et les effets sur le rendement de la descendance sous la direction de Martin Zuidhof, Ph. D., à l’Université de l’Alberta. Après avoir reçu la bourse d’études supérieures du CRAC et s’être établie à Edmonton, Mme van der Klein voit sa vie s’articuler autour de ses études et de sa recherche. D’abord, elle a terminé ses cours obligatoires avec une moyenne de 4,0 et, pendant l’essai qui a été mené dans le cadre du cours de sciences avicoles appliquées, elle a rédigé un article intitulé « The effect of quantitative feed restriction on allometric growth in broilers » (l’effet du rationnement quantitatif sur la croissance allométrique des poulets à griller), qui a été accepté pour publication dans le numéro d’avril de Poultry Science. Par ailleurs, son équipe a entrepris une étude pilote d’utilisation auprès de pondeuses du système d’alimentation de précision mis au point par M. Zuidhof, et elle a mené un essai pour étudier la rétention énergétique chez les poulets à griller, toujours en utilisant le système d’alimentation de précision. Bien que sa proposition initiale de projet ait été axée sur les effets transgénérationnels de la nutrition chez les poulets reproducteurs de type à griller, sa thèse prendra vraisemblablement une forme plus diversifiée, puisqu’elle compte publier les deux essais l’année prochaine. En avril, elle a aussi entamé l’essai principal de sa thèse, portant sur l’interaction entre la durée du jour et le poids vif sur le rendement reproducteur des poulets reproducteurs de type à griller.

Outre ses tâches de recherche au campus de l’Université de l’Alberta, elle a aussi été présentée à la Western Poultry Conference à Red Deer, et elle donnera une conférence dans le cadre de PSA2016 en Nouvelle-Orléans, ainsi qu’au Congrès mondial d’aviculture à Beijing.