Résultats


*FSQ038.1

2010 - 2013

Mise au point de nouveaux vaccins contre le VGA et examen de systèmes efficaces de vaccination

Principal Investigator: Éva Nagy, Université de Guelph
Situation: Complété

Objectif

Poursuivre le développement de vecteurs basés sur les adénovirus de la volaille et déterminer leur potentiel de production de vaccins recombinés à capacité de réplication.

Renseignements généraux

Le Dr. Nagy et son équipe exploitent la machinerie moléculaire de l’adénovirus de la volaille (FAdV; une souche qui ne cause pas la maladie chez les poules), pour développer un système pouvant délivrer des antigènes précis à l’oiseau. Les chercheurs ont ciblé des portions du génome du FAdV qui ne sont pas nécessaires à la production de virus intacts et, à l’aide de techniques modernes de biologie moléculaire, ont remplacé certaines de ces séquences par des gènes donnant le code d’antigènes spécifiques. Le vecteur de virus résultant maintient sa capacité à infecter les cellules, mais son bagage génétique est maintenant fait pour indiquer aux cellules hôtes de produire les antigènes qui provoqueront la réponse immunitaire voulue. Dans l’optique d’un vaccin contre le virus de la grippe aviaire (VGA), par exemple, ce système peut servir à délivrer dans les gènes un codage pour l’hémagglutinine (HA), la neuraminidase (NA) et d’autres protéines virales. La force de ce système réside dans sa souplesse. Un utilisant la même plateforme biologique, on peut produire une vaste gamme d’antigènes. On peut aussi concevoir ces vaccins pour qu’ils fassent la distinction entre les oiseaux vaccinés et ceux qui ont été naturellement infectés par le virus intact. Cette capacité, officiellement désignée comme « différenciation des animaux naturellement infectés et des animaux vaccinés » (DIVA), constituera une composante importante de nombreuses stratégies de vaccination commercialement viables dans l’avenir.

Résultats

Le groupe du Dr. Nagy a mis au point plusieurs vecteurs basés sur le FAdV portant divers antigènes propres au VGA et à d’autres virus. Les études préliminaires montrent que l’adénovirus de la volaille peut être administré in ovo avec succès à 18 jours d’incubation, et que les poussins en question développement un bon anticorps (Ac) et des réponses immunitaires innées. Les chercheurs ont aussi montré que les virus administrés oralement produisent une bonne réponse Ac chez les poulets et qu’ils ne sont pas excrétés dans les fèces. La réponse immunitaire innée au vecteur viral a été caractérisée. On travaille actuellement à mettre au point une protocole DIVA basé sur le test ELISA pour tester le sérum des poulets vaccinées.

Application

Cette recherche s’inscrit dans un programme général visant à mieux comprendre la biologie de la grippe aviaire et dont l’objectif à long terme est d’élaborer des stratégies de lutte rationnelles pour la volaille domestique. Le vecteur FAdV du Dr. Nagy peut servir de plateforme pour une nouvelle génération de vaccins contre le VGA.

Financement

140 400 $ AAC  

Publications

Corredor JC, Nagy, É 2011. Antibody response and virus shedding of chickens inoculated with left end deleted fowl adenovirus 9-based recombinant viruses. Avian Diseases, 55(3):443-446.

Ce projet faisait partie de la Grappe de la science avicole de 2010-2013 qui a reçu l’appui d’AAC dans le cadre de Cultivons l’avenir, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.


Retour