Résultats


***FSQ114

2018 - 2023

Atténuation de l’inflammation intestinale pour favoriser la santé de la volaille et une saine production

Principal Investigator: Douglas Inglis, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Situation: En cours

Objectif

Les chercheurs comptent sélectionner, formuler et livrer des molécules bioactives anti-inflammatoires in vitro et in vivo dans le but de réduire l’inflammation entérique chez les poulets et augmenter leur productivité en l’absence d’antibiotiques promoteurs de croissance. Plus précisément, ils comptent :  
  1. adapter des formulations entériques et des stratégies de livraison novatrices pour livrer efficacement des molécules bioactives dans le caeca et le côlon des poulets;
  2. isoler et caractériser des bactéries autochtones non pathogènes diversifiées (c.-à-d., qui habitent dans l’intestin) d’un intestin enflammé qui ont une propension à coloniser les tissus enflammés;
  3. utiliser des bactéries autochtones pour améliorer l’inflammation chronique et aiguë;
  4. mettre au point des bactéries autochtones sélectionnées pour qu’elles sécrètent des molécules bioactives (c.-à-d., des agents anti-inflammatoires) au niveau du site de l’inflammation.
 

Renseignements généraux

Actuellement, la principale stratégie utilisée par le secteur avicole et d’autres secteurs de l’élevage du bétail consiste à cibler et à éliminer des pathogènes précis. Dans le cas de pathogènes bactériens, la principale stratégie d’atténuation est un traitement antibiotique. Les antimicrobiens promoteurs de croissance sont des antibiotiques administrés dans la nourriture en concentrations non thérapeutiques afin d’améliorer la croissance et la santé des oiseaux. Il a été proposé que les antimicrobiens promoteurs de croissance fonctionnent par modulation de l’inflammation entérique chez la volaille, et nos recherches ont permis de déterminer qu’ils diminuent directement l’inflammation et redirigent les ressources métaboliques (c.-à-d., les nutriments) vers le développement musculaire. Fait important, notre recherche démontre que des substituts aux antimicrobiens promoteurs de croissance peuvent agir comme immunomodulateurs (c.-à-d., anti-inflammatoires) et non comme agents antimicrobiens. L’hypothèse d’immunomodulation formulée par notre groupe soutient que l’inflammation intestinale est un processus coûteux sur le plan catabolique et que les antimicrobiens promoteurs de croissance freinent les réactions immunitaires entériques, ce qui permet à l’oiseau de rediriger ses ressources métaboliques vers le développement musculaire.

Financement

516 050 $ (AAC/CRAC 499 800 $*, Producteurs de poulet de l'Alberta 16 250 $ (y compris 6 750 $ en nature))

*Ce projet fait partie de la Grappe de la science avicole de 2018-2023 qui a reçu l’appui d’AAC dans le cadre de Partenariat Canadien pour l’Agriculture, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.


Retour