Résultats


PWB079

2015 - 2018

Évaluation de méthodes d’euthanasie à la ferme de dindons, de poulets, de reproducteurs et de pondeuses

Principal Investigator: Tina Widowski, Université de Guelph
Co-chercheurs: Karen Schwean-Lardner, Université de la Saskatchewan; Patricia Turner, Université de Guelph; Penny Lawlis, MAAARO; Jenny Fricke, Collège de médecine vétérinaire de l’Ouest; Tennille Knezacek, Université de la Saskatchewan;
Situation: En cours

Objectif

Valider l'efficacité à laquelle deux pistolets à masse percutante peuvent induire une perte de connaissance et une mort rapides chez la volaille.

Renseignements généraux

Il est souvent nécessaire de procéder à une euthanasie à la ferme d’oiseaux malades ou blessés pour leur éviter une souffrance prolongée. Traditionnellement, l’euthanasie à la ferme se pratique surtout au moyen de techniques physiques, comme la dislocation cervicale manuelle ou mécanique, ou l’étourdissement manuel avec un objet contondant. Pistolet à masse percutante récemment mis au point, le Zephyr-E vient de voir son utilisation sur les dindons validée et constitue une option d’euthanasie à la ferme. Cet appareil a mené à la conception d’autres pistolets à masse percutante, mais une validation scientifique de l’efficacité avec laquelle ces appareils peuvent induire une perte de connaissance et une mort rapides chez la volaille à la ferme demeure nécessaire. Jusqu'à tout récemment, il existait peu de mesures normalisées de perte de connaissance chez la volaille, ce qui rendait difficile, voire impossible, l’évaluation de méthodes d’insensibilisation et d’abattage. Par conséquent, il manque encore de données sur l'efficacité des pistolets à masse percutante et des dispositifs de dislocation cervicale dans l’industrie avicole du Canada. Pour établir avec certitude le moment où les oiseaux perdent connaissance et formuler des recommandations scientifiques à l’industrie, on utilisera des méthodes comportementales et physiques d'évaluation de l'insensibilité et l'examen post mortem des lésions cérébrales, crâniennes, vertébrales et médullaires et, si possible, de l’activité cérébrale, mesurée par électroencéphalogramme (EEG). Des dispositifs de retenue à utiliser avec les appareils recommandés et destinés à accroître le taux d'adoption de ces technologies à la ferme seront mis au point et optimisés.

Financement

640 148 $ (CRAC 40 000 $, CRNSG 312 760 $, PIC 45 000 $, Producteurs de poulet de la Saskatchewan 60 000 $, Les Producteurs d’œufs du Canada 60 000 $, Ontario Broiler Hatching Egg & Chick Commission 38 700 $ [en nature], Hybrid Turkeys 69 063 $ [dont 6 563 $ en nature], Bock Industries 14 625 $ [en nature])

Retour