Résultats


**AMN066

2014 - 2017

Antimicrobiens tirés du sang de la volaille

Principal Investigator: Max Hincke, Université d’Ottawa
Collaborateurs: Bruce Rathgeber, Agriculture et Agroalimentaire Canada; Sayed Sattar, Université d’Ottawa; Simon Lemaire, Université d’Ottawa; Franco Pagotto, Santé Canada; Sandra Ramirez-Arcos, Société canadienne du sang
Situation: Complété

Objectif

Purifier les histones contenues dans le sang de la volaille et confirmer qu'elles peuvent être un antimicrobien de remplacement afin de hausser la valeur du sang du dindon, du poulet à griller et des pondeuses de réforme recueilli à l'abattoir.

Renseignements généraux

Les antibiotiques sont utilisés dans l'élevage des animaux pour améliorer notamment la santé et le bien-être des animaux, la qualité de la viande, l'efficacité économique de la croissance et de la production ainsi que la santé publique. Cependant, l'exposition répétée des bactéries aux antibiotiques a mené à une résistance qui diminue l'efficacité des antibiotiques. Des travaux sont en cours pour réduire et éliminer l'ajout d'antibiotiques dans l'alimentation des animaux domestiques et une approche consiste à remplacer les antibiotiques par d'autres agents antimicrobiens. Des études ont démontré que les histones purifiées puisées dans le foie et les ovaires des poulets ont des propriétés antimicrobiennes. Le sang de la volaille contient des globules rouges qui ont un noyau et de l'ADN ainsi que des histones et de l'hémoglobine. Donc, les histones des globules rouges peuvent avoir des propriétés antimicrobienne, ce qui laisse entendre que des composés antimicrobiens ayant une valeur commerciale pourraient être extraits des du sang du poulet. Le sang est un sous-produit de l'abattage et sa présence dans le flux de déchets hausse considérablement la demande biochimique en oxygène entraînant ainsi un lourd impact environnemental. Il est donc préférable de recueillir le sang aux abattoirs pour en tirer une valeur ajoutée. Le but de ce projet est de purifier les composantes antimicrobiennes dans les histones du poulet et de déterminer les applications possibles.

Financement

192 800 $ (174 800 $ AAC/CRAC*, 9 000 $ Tom Henderson Meat Cutting (en nature), 9 000 $ Laplante Poultry Farm (en nature)

GF2_colour_en_fr

*Ce projet faisait partie de la Grappe de la science avicole de 2013-2018 qui a reçu l’appui d’AAC dans le cadre de Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.


Retour