Résultats


ENV006

2005 - 2007

Uniformité de distribution et potentiel de réduction des émissions d’un applicateur de précision en surface et sous la surface de fumier de volaille

Principal Investigator: Claude Laguë, P.Eng., Ph.D., professeur auxiliaire, Département de génie agricole et des ressources biologiques, Collège du génie, Université de la Saskatchewan (M. Laguë est recteur et professeur, Faculté de génie, Université d’Ottawa)
Collaborateurs: Joy Agnew, P.Eng., M.Sc., candidat au doctorat, Département de génie agricole et les ressources biologiques, Collège du génie, Université de la Saskatchewan; Hubert Landry, P.Eng., Ph.D., chef de projet Prairie Agricultural Machinery Institute
Situation: Complété

Renseignements généraux

Le but principal du projet est de mettre au point un épandeur de surface adapté à différents fumiers semi-solides, dont le fumier de poulet, et d’autres fertilisants organiques. Les buts en matière de performance de l’épandeur comprennent l’épandage et l’incorporation en un seul passage une distribution uniforme sans trop d’odeur et d’émissions de gaz à effet de serre (GES).

Progrès réalisés

Le prototype mis au point par l’Université de la Saskatchewan a été modifié à plusieurs reprises, entre autres, la conception d’un système d’application en sous-surface adapté au fumier solide. On a mis au point un système à la tarière pour introduire le fumier dans un tube qui injecte la matière directement derrière un disque rayonneur. Un autre disque ferme la tranchée pour incorporer le fumier.

Résultats

Le nouveau prototype incorpore le fumier et le distribue uniformément. On a démontré l’uniformité de distribution avec du fumier de bovin composté, qui a des caractéristiques physiques semblables au fumier de volaille, avec un coefficient de variation (CV) d’environ 7 %. Le CV indique l’uniformité de l’épandage du fumier et plus petit est le nombre, plus grande est l’uniformité. Les CV pour les épandeurs commerciaux de fumier solide varient de 30 % à 110 %. Un épandeur à la volée de fumier de volaille sur un rayon de 40 pieds a un CV d’environ 50 %. Le prototype actuel avec six injecteurs a besoin d’une puissance approximative de 72 kW (~100 hp). Un épandeur de capacité semblable avec des hérissons verticaux ou horizontaux a besoin d’une puissance d’environ 40 kW (~55 hp) et celui à disque tournant a besoin d’une puissance approximative de 60kW (~80 hp). Même si on a besoin d’un tracteur plus gros, le fumier est épandu et incorporé simultanément, ce qui représente une économie d’énergie comparativement à la méthode en deux temps – épandage et incorporation. Lorsque le prototype est ajusté pour l’épandage maximal, l’application en sous-surface réduit considérablement l’émission des odeurs. Il faut toutefois accepter un compromis puisque l’injection fait augmenter les émissions de gaz à effet de serre (CO2, CH4, N2O) - la hausse est d’environ 30 % pour l’injection de fumier solide comparativement à l’épandage en surface et d’environ 45 % pour l’injection de fumier liquide.

Financement

504 743 $ (CRAC 12 935 $, CRSNG/AAC 25 $866, Universités de la Saskatchewan et d’Ottawa (en nature) 55 500 $, CBMI-CRSNG, 60 000 $, PAMI (en nature) 21 800 $, SAFRR 103 318 $, PASCAA 225 324 $)

Publications

Karmakar, S., C. Laguë, J. Agnew and H. Landry. 2007. Integrated decision support system (DSS) for manure management: A Review and Perspective. Computers and Electronics in Agriculture 57: 190 - 201. Laguë, C., J. Agnew, H. Landry, M. Roberge and C. Iskra. 2006. Development of a Precision Applicator for Solid and Semi-solid Manure. Applied Engineering in Agriculture 22 (3): 345 – 350.

Retour