Résultats


**ENV076

2014 - 2017

Détermination des liens génétiques entre l'efficacité de l'alimentation, les caractères de production et les gaz à effet de serre (NH3, N2O, CO2, et CH4) chez le dindon

Principal Investigator: Ben Wood, Hybrid Turkeys (Hendrix Genetics)/Université de Guelph
Co-chercheurs: Stephen Miller, Université de Guelph
Situation: Complété

Objectif

Déterminer les liens génétiques sous-jacents entre l’indice de consommation, les caractères de production et les émissions de gaz à effet de serre chez le dindon.

Renseignements généraux

L’élevage de bétail contribue aux émissions de gaz à effet de serre (GES) par la fermentation entérique. Bien qu’il existe actuellement un grand nombre de recherches sur la réduction de la production de gaz à effet de serre, la plupart d’entre elles décrivent l’influence des circonstances et des méthodes de production sur les émissions de GES. Certaines recherches ont été réalisées sur les différents effets de la production de GES chez le poulet, mais aucune n’a porté sur les variations génétiques et aucune n’a étudié le dindon. Avant d’être utilisé dans les générations subséquentes, le dindon fait l’objet des décisions de sélection exhaustives, dont une est l’indice de consommation, décrit comme étant « élevé » ou « faible ». Une fois les oiseaux classés par indice de consommation, on peut les comparer du point de vue de leurs émissions de gaz à effet de serre dans le but de déterminer les liens génétiques sous-jacents censés exister entre l’indice de consommation, les caractères de production et la production de GES chez le dindon. Cette étude fera appel, dans le cadre de la recherche, à des calorimètres et à la mesure de gaz en temps réel. On sélectionnera les dindons à indice de consommation élevé et on utilisera un logiciel de station d’alimentation développé en conséquence, avec le matériel connexe, capable d’évaluer quelque 400 oiseaux par période de mesure à partir de 32 stations d’alimentation. On construira aussi un système de calorimétrie indirecte en circuit ouvert pour mesurer les échanges gazeux chez les dindons. Notre partenaire commercial (Hybrid Turkeys) alimente actuellement 65 % des besoins mondiaux en parents de dindons de réserve. Le résultat de la recherche proposée pourrait être appliqué immédiatement dans un programme de reproduction s’il est considéré comme commercialement viable. Les changements dans les émissions de GES pourraient être quantifiés en fonction des actuelles pratiques de sélection d’après l’indice de consommation parallèlement aux résultats de cette recherche.

Financement

243 750 $ (107 750 $ AAC/CRAC*, 20 000 $ Poultry Industry Council, 116 000 $ Hybrid Turkeys [y compris 100 000 $ en nature])

GF2_colour_en_fr

*Ce projet faisait partie de la Grappe de la science avicole de 2013-2018 qui a reçu l’appui d’AAC dans le cadre de Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.


Retour