Résultats


**FSQ062

2014 - 2017

Évaluation du pilus de Clostridium perfringens dans la mise au point d'un vaccin pour contrôler l'entérite nécrotique chez le poulet

Principal Investigator: Joshua Gong, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Co-chercheurs: John Prescott, Université de Guelph; Dion Lepp, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Situation: Complété

Objectif

Déterminer si les sous-unités pilines sont des antigènes protecteurs efficaces pour contrôler l'entérite nécrotique chez la volaille.

Renseignements généraux

Clostridium perfringens cause l'entérite nécrotique (EN) qui a de lourdes conséquences économiques pour l'industrie avicole. En Amérique du Nord, on fait appel à des antibiotiques alimentaires pour contrôler cette maladie, mais la pratique est critiquée en raison du développement possible d'une résistance antimicrobienne. À la suite de l''interdiction de l'utilisation d'antibiotiques alimentaires en Europe, les producteurs de poulets à griller ont rapidement noté une hausse de l'EN. L'adoption prochaine de restrictions semblables en Amérique du Nord laisse entendre que la mise au point de produits de remplacement presse. La vaccination est l'une des méthodes les plus efficaces pour contrôler une maladie infectieuse, mais il n'existe pas encore un vaccin efficace contre l'EN. Des progrès récents ont permis d'identifier des gènes C. perfringens additionnels associés à des souches pathogènes. Notre groupe a identifié trois loci pathogènes associés à l'EN - EN-locus 1, 2 et 3. Un locus présentant un intérêt particulier encode un pilus putatif. Les protéines associées au pilus ont démontré qu'elles sont un vaccin efficace contre plusieurs infections humaines et animales. Ce locus est présent principalement dans les isolats EN de C. perfringens et le pilus encodé serait un facteur de colonisation propre à la volaille important dans l'établissement de populations C. perfringens durant le développement de l'EN. À ce titre, il pourrait permettre la mise au point d'un vaccin contre l'EN. Cette activité évaluera la capacité de nouvelles protéines C. perfringens d'agir à titre d'antigènes immunoprotecteurs contre l'EN chez la volaille. Ces antigènes pourraient être utilisés pour la mise au point d'un vaccin

Financement

174 857 $ (AAC/CRAC)

GF2_colour_en_fr

Ce projet faisait partie de la Grappe de la science avicole de 2013-2018 qui a reçu l’appui d’AAC dans le cadre de Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.


Retour