Résultats


**FSQ064

2014 - 2017

Évaluation et atténuation des risques de contamination : connaissances essentielles pour réduire les maladies et hausser la conformité en matière de biosécurité

Principal Investigator: Jean-Pierre Vaillancourt, Université de Montréal
Co-chercheurs: Michèle Guérin, Université de Guelph; Patrick Boerlin, Université de Guelph; Mansel Griffiths, Université de Guelph; Manon Racicot, Agence canadienne d'inspection des aliments
Situation: Complété

Objectif

L'objectif est double :
  1. Établir le niveau de contamination après une atteinte à la biosécurité à l'entrée du poulailler et évaluer les procédures d'assainissement afin de l'atténuer
  2. Déterminer la façon dont les charges pathogéniques sont touchées par les procédures actuelles d'assainissement du poulailler recommandées par l'industrie avicole

Renseignements généraux

Les mesures de biosécurité sont conçues pour protéger une population contre des agents infectieux transmissibles et pour atténuer les conséquences d'une infection. Elles offrent une façon de réduire les maladies et donc l'utilisation des antibiotiques dans l'élevage des animaux. Afin d'être efficaces, les mesures de biosécurité doivent être appliquées uniformément par tous les intervenants, mais malheureusement elles le sont de manière sporadique et inégale. La nature et la fréquence des erreurs laissent entendre un manque de compréhension des principes de biosécurité chez certains et un refus de se conformer chez d'autres. Les mesures de biosécurité ont fait l'objet de plusieurs présentations et documents, mais les ouvrages scientifiques sont limités à des études appliquées menées avec des pathogènes pour démontrer leur incidence relative. Il est essentiel d'évaluer la valeur des mesures de biosécurité recommandées afin d'améliorer considérablement la biosécurité et ainsi mieux lutter contre les infections à la ferme. Il faut recueillir des données pour appuyer les programmes de formation et les mesures conçus pour améliorer le respect de la biosécurité.

Financement

199 972 $ (124 972 $ AAC/CRAC *, 45 000 $ MAAARO, 25 000 $ Conseil de l'industrie avicole, 5 000 $ Université de Montréal)

GF2_colour_en_fr

*Ce projet faisait partie de la Grappe de la science avicole de 2013-2018 qui a reçu l’appui d’AAC dans le cadre de Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale-provinciale-territoriale.


Retour